LES ELOHIMS ET LEUR CHEF DANS LA TORAH ET AUTRES BIBLES ANTIQUES
Les Élohîms créérent l'humanité à leur image : mâle et femelle ils les ont créés.

En hébreu (la langue de la Torah), le terme « Élohîm » est un mot masculin pluriel, c'est la raison pour laquelle nous l'avons francisé dans cette présentation en écrivant « les Élohîms » afin de bien montrer aux internautes qu'il s'agit d'un groupe d'êtres et non pas d'un seul être. Le terme « Élohîm » peut être traduit littéralement par « un groupe d'anges, ou un groupe de dieux », donc un groupe d'ëtres venus d'ailleurs, un groupe « d'extra-terrestres ».

Le singulier du mot « Élohîm » est « El, éloah ou éloha ». Ce singulier d'Élohîm signifie « un ange ou un dieu, c'est à dire, dans le langage d'aujourd'hui, un être venu d'ailleurs, un extra-terrestre ». Ce mot a été traduit en latin par « Deus », ce qui se traduit en français par « Dieu ou dieu » au singulier. Si les scribes, rédacteurs de l'Ancien Testament, avaient voulu désigner un Dieu, ils auraient écrit El et non Élohim. En effet, il n'y avait pas de plus grande faute pour un scribe que de déformer les textes recopiés au cours des siècles pour les transmettre à la postérité. En hébreu, la désinence -im est toujours la marque du pluriel. II n'y a aucune exception à cette règle dans toute la langue hébraïque. Il est important de signaler également qu'il n'existe pas, dans cette langue, de pluriel de majesté comme en français ( Nous, Louis XIV, faisons ceci ou cela... ). Exemple de pluriel en hébreu : Nebiim (les Prophètes), Ketoubim (les Hagiographes), etc.

On peut donc penser que le mot pluriel « Élohîm », que nous écrivons ici « les Élohîms », correspond aux textes d'origine décrivant la Genèse, la Création du Monde et la Création de l'Humanité.

Que dit la Torah (ou la Bible) à propos des Elohims ?

Voici ce qui est écrit :

Elohim créa toutes les créatures vivantes sur terre ... Genèse 1,25
Elohim dit : faisons l'homme à notre image, à notre ressemblance ... Genèse 1,27
Voici que l’homme est devenu comme l’un de nous, grâce à la science du bien et du mal !... Genèse 3,22

Les pluriels, nous, faisons notre, ... confirment le pluriel d'Elohim. Dans la Torah (ou la Bible), il y a de ces pluriels partout. Ces dieux Elohims sont des êtres venus d'ailleurs.

Les textes prennent une toute autre dimension quand on connaît réellement la traduction d'Elohim : « les Élohîms », (ceux qui sont venus du ciel, c'est à dire de l'espace et du temps) disent : faisons l'homme à notre image, à notre ressemblance...

Comment interprêter le terme hébreu « YHWH Élohîm » de la Torah ?

Dans la Torah le terme hébreu « YHWH » est intraduisible et quasiment inprononçable aujourd'hui. En effet, en hébreu ancien les voyelles n'existent pas. Dans les traductions successives de l'hébreu ancien en grec, en latin, puis dans les différentes langues d'aujourd'hui, le terme YHWH a été considéré comme un nom propre et a été traduit par « Yavhé ». On aurait aussi bien pu traduire ce terme YHWH par « le dieu » ou « le chef » qui sont d'autres significations possibles pour ce mot.

Dans la Torah le terme hébreu « YHWH Élohîm » devrait donc se traduire par « Yahvé des Élohîms », ou « le dieu des Élohîms », ou encore « le chef des Élohîms ». A noter que l'on trouve aussi dans la Torah le terme hébreu « IHWH tsévaôt » qui a été traduit par « le Dieu des armées ».

Si l'on remplace le terme « Dieu », que l'on trouve dans l'Ancien Testament des Bibles modernes, par les termes « Élohîms » ou « Yahvé des Élohîms » qui correspondent au texte en hébreu ancien de la Torah, on obtient une description tout à fait étrange de la création du monde, du paradis perdu et de tous les autres événements correspondant à l'origine de l'humanité. Curieusement, cette description devient alors comparable à celles d'autres écrits anciens comme le Popol Vuh des Anciens Mayas-Quichés ou le Maha Bharata de l'Inde...



 Livres Numériques (eBooks) sur ce sujet

Cliquez ici pour plus d'informations sur l'auteur et ses livres 
Enquête sur la Création du Monde.
Notre planète aurait-elle été terraformée par des êtres inconnus venus de l'espace et du temps ?

Comme la Torah (ou la Bible chrétienne issue de la Torah), le Popol Vuh des Mayas-Quichés raconte la Création du Monde. Les deux récits font une description étrangement semblable de la « formation » de la Terre. Dans les deux cas, les textes parlent d'un « groupe de Créateurs » et non d'un Créateur unique: ce sont les Élohîms dans la Torah, et le Créateur, le Formateur, Tepeu, Gucumatz, les Grands Ancêtres dans le Popol Vuh.

Le Popol Vuh fait un rapport détaillé de la façon dont, au moment de la Création, notre planète aurait été terraformée par des êtres inconnus que l'auteur de cet essai nomme les « dieux ingénieurs ». Il est intéressant de noter à ce sujet que, depuis plusieurs décennies, des études scientifiques sont menées par des chercheurs ingénieurs en vue de « terraformer » ainsi la planète Mars.

L'auteur présente dans ce livre numérique les recherches et les différentes hypothèses faites actuellement sur ces mystères et sur des objets insolites venus de l'espace et du temps. Pour lire un extrait du livre Le Popol Vuh au format pdf, cliquez sur PDF.
Pour commander en ligne ce livre numérique, cliquez sur votre monnaie: EUR, GBP, USD, CAD, BRL, INR, JPY